Rechercher dans ce blog

jeudi 29 septembre 2016

LA BATAILLE DE VALMY - 20 SEPTEMBRE 1792 !

 LA BATAILLE DE VALMY - 20 SEPTEMBRE 1792 

https://www.histoire-image.org/etudes/bataille-valmy-20-septembre-1792


La fuite du roi en juin 1791 est significative de son refus d’une monarchie constitutionnelle et met en évidence sa collusion avec les puissances étrangères. Le 27 août 1791, la déclaration de Pillnitz, signée par l’Autriche et par la Prusse, marque la volonté des monarques européens d’agir pour le maintien de l’ordre monarchique en France et d’enrayer la contagion révolutionnaire en Europe. La guerre semble dès lors inévitable. Les Girondins veulent répandre les principes de 1789 au-delà des frontières et prônent une guerre de propagande, tandis que le roi voit dans un conflit le seul moyen de rétablir l’absolutisme en France.

Malgré une rude opposition – celle de Robespierre notamment au Club des jacobins –, l’Assemblée législative déclare la guerre au « Roi de Bohême et de Hongrie » le 20 avril 1792. Cependant, l’armée française n’est pas prête à entrer en campagne. Elle compte 133 000 hommes, artilleurs non compris. En son sein coexistent l’ancienne armée royale – les « culs blancs » – et la garde nationale renforcée par l’arrivée de sans-culottes volontaires – les « bluets » –, qui ne sont pas amalgamés à l’armée régulière. Le commandement est désorganisé par l’émigration de nombreux cadres issus de la noblesse : 3 864 officiers n’ont pas pu être remplacés. Le 18 août 1792, une armée de 150 000 Prussiens et Autrichiens placés sous le commandement du duc de Brunswick entre en France, et le début des opérations militaires se révèle rapidement catastrophique : l’ennemi prend Longwy le 20 août, Verdun le 29, et s’ouvre ainsi la route de Paris. Les troupes de Dumouriez, accourues de Sedan, et celles de Kellermann, venues de Metz, opèrent leur jonction à Sainte-Menehould, en Champagne, le 19 septembre 1792 et arrêtent l’invasion étrangère sur le plateau de Valmy. Parmi les jeunes officiers qui accompagnent Kellermann se trouvent deux princes de sang royal : Louis-Philippe d’Orléans, duc de Chartres, et son frère cadet le duc de Montpensier.

Les victoires de Valmy et de Jemmapes, dont Louis-Philippe s’enorgueillit d’avoir été l’un des artisans, tiendront une place privilégiée dans l’idéologie orléaniste. Devenu roi-citoyen en 1830, Louis-Philippe Ier commandera à des artistes tels Horace Vernet, Éloi Firmin Feron ou Henry Scheffer des œuvres où il pose parmi les grandes figures militaires de l’an Ier. Il entend ainsi inscrire son règne dans la continuité de la Révolution et de l’Empire.



LA MORT DE BARA !

                     LA MORT DE BARA                        



Né en 1779, Joseph Bara est le fils du garde-chasse du seigneur de Palaiseau. Alors que ses deux frères aînés, engagés dans les armées républicaines, sont envoyés aux frontières, Joseph, lui, part en Vendée et sert (tambour ? hussard ? ordonnance ?) sous les ordres du général Desmarres. Le 7 décembre 1793, il trouve la mort dans une embuscade près de Jallais dans les Mauges. Selon la légende, encerclé par des Vendéens qui le sommaient de crier Vive le roi, il aurait répondu Vive la République ! Informée par le général Desmarres, la Convention demande que son corps soit transféré au Panthéon et que David, chargé d’organiser la cérémonie, lui rende également hommage par un tableau.



JACQUES CATHELINEAU, GÉNÉRAL VENDÉEN !

  JACQUES CATHELINEAU, GÉNÉRAL VENDÉEN  

https://www.histoire-image.org/etudes/jacques-cathelineau-general-vendeen


L’insurrection vendéenne, déclenchée par Jacques Cathelineau en mars 1793, fut provoquée par le décret de la Convention du 24 février 1793 sur la levée de 300 000 hommes, qui intervenait dans un climat déjà alourdi par des difficultés économiques et l’hostilité des Vendéens à la Constitution civile du clergé. Fils d’un simple maçon et colporteur de son état, Jacques Cathelineau était dénommé « le saint de l’Anjou », réputation qui explique peut-être le succès immédiat de son entreprise, dont il est cependant difficile de dire s’il la préparait depuis de longs mois ou si elle fut spontanée.

Le 12 juin 1793 à Saumur, Cathelineau, personnage charismatique, est désigné par les seigneurs vendéens comme le premier généralissime de la « grande armée catholique et royale ». Après quelques victoires contre les républicains facilitées par sa connaissance du monde rural, il organise l’attaque de Nantes, afin de pouvoir disposer d’un port. Son armée sera repoussée et il mourra le 14 juillet à Saint-Florent des blessures reçues pendant ces combats. Sa disparition et les rivalités entre chefs vendéens et angevins seront à l’origine de la défaite de Cholet (17 octobre).



BAZAINE, COMMANDANT DE L'EXPÉDITION DU MEXIQUE !

BAZAINE, COMMANDANT DE L'EXPÉDITION DU MEXIQUE 

https://www.histoire-image.org/etudes/bazaine-commandant-expedition-mexique


Achille Bazaine (Versailles, 1811-Madrid, 1888) était entré dans l’armée en 1831. Après avoir servi en Algérie et en Espagne, il fut promu général, se distingua lors de la guerre de Crimée et de la campagne d’Italie. Envoyé au Mexique en 1862, il devint célèbre en s’emparant de Puebla en 1863 et fut fait maréchal de France en 1864. Cependant l’expédition décidée par Napoléon III pour établir un empire latin et catholique ouvert aux intérêts français devait être l’un des grands échecs de la politique extérieure du Second Empire. La guérilla, les menaces américaines et la lassitude de l’opinion française contraignirent Napoléon III à abandonner l’empereur Maximilien d’Autriche, qu’il avait installé sur le trône du Mexique en 1863. En 1867, Bazaine quitta le Mexique avec les dernières troupes françaises. Maximilien, qui avait refusé de l’accompagner, fut arrêté et fusillé.



LA CHUTE DE LA ROYAUTÉ

              LA CHUTE DE LA ROYAUTÉ               

https://www.histoire-image.org/etudes/chute-royaute


A l’été 1792, les conflits intérieurs s’aggravent avec les défaites militaires : l’Assemblée crée un camp des Fédérés près de Paris. Le roi y oppose son véto et ne cède pas à la pression populaire. Paris apprend le fameux « manifeste » du duc de Brunswick, généralissime de l’armée coalisée, qui menace maladroitement Paris de subversion totale pour le cas où le roi et sa famille seraient menacés. En réaction, Sans-culottes et Fédérés proposent la déchéance du roi et l’élection d’une Convention au suffrage universel. Si, à minuit, aucune décision n’était prise par l’Assemblée, le peuple s’insurgerait. Le 10 août, à 8 heures, commence alors l’une des journées les plus emblématiques de la Révolution française : la prise du palais des Tuileries, puis l’emprisonnement de Louis XVI et de sa famille au Temple qui vont mettre fin à la monarchie constitutionnelle.



LES DERNIERS MOMENTS DE LOUIS XVI !

LES DERNIERS MOMENTS DE LOUIS XVI




La Convention vota le 17 janvier 1793 la mort du roi par 361 voix pour et 360 voix contre. Le 20 janvier, Garat, ministre de la Justice, vint en informer Louis XVI. Il fut accordé au roi de revoir sa famille. Louis XVI fut conduit dans la salle à manger du Temple. « Pendant près d’une demi-heure, on n’articula pas une parole ; ce n’étaient ni des larmes ni des sanglots, mais des cris assez perçants pour être entendus hors l’enceinte de la tour », rapporte l’abbé Edgeworth, confesseur du roi. « Enfin les larmes cessèrent, parce qu’on n’eut plus la force d’en répandre ; on se parla à voix basse et assez tranquillement. »








vendredi 16 septembre 2016

dimanche 11 septembre 2016

Wyss Johann David – Le Robinson suisse !

Wyss Johann David – Le Robinson suisse  

Wyss Johann David Le Robinson suisse - ELG
Wyss Johann David – Le robinson suisse : Le bateau, sur lequel voyage une famille suisse, est pris dans une terrible tempête. Le capitaine et les marins abandonnent le navire et la famille qui vont s’échouer sur une île déserte. Seuls rescapés de la catastrophe, le père, la mère et leurs quatre fils, vont devoir apprendre à survivre loin de toute civilisation… Ce livre numérique a été réalisé et mis à disposition (nous les en remercions) par les éditions du groupe des ebooks libres et gratuits.


Téléchargements : ePub – PDF – Mobipocket – HTML – word

Wallace Edgar – Le Château de la terreur !

Wallace Edgar – Le Château de la terreur

Wallace Edgar – Le Château de la terreur : Le vieux John Flack, chef de bande et génie du crime, s’échappe du pénitencier de Broadmoor où il purgeait sa peine. Il a juré de se venger du détective J.G. Reeder responsable de son arrestation et de Georges Ravini, son ancien complice qui l’a livré à la police. Reeder pense qu’il va marquer son retour à Londres par un coup d’éclat. Pour la mettre à l’abri, il incite sa secrétaire, Margaret Belman à démissionner en faveur d’une autre place. Effectivement, il déjoue de justesse plusieurs tentatives d’assassinat. Mais quelle bizarre pension de famille est ce « Le Château des larmes » où Margaret a trouvé un engagement ? Est-elle vraiment en sécurité ? Actions haletantes, rebondissements, disparitions et enlèvements jusqu’à une conclusion en grand style…
Téléchargements : ePub – PDF – Kindle-Mobipocket – word

Wallace Edgar – La porte aux sept serrures !

 Wallace Edgar – La porte aux sept serrures 

La porte aux sept serrures - Edgar Wallace - Les Bourlapapey Bibliothèque numérique romandeWallace Edgar – La porte aux sept serrures : Dick Martin quitte Scotland Yard car il a fait un héritage. Lors de sa dernière mission, il rencontre la jeune bibliothécaire Sybille Lansdown qui a le don de le mettre à son désavantage. Hélas, il a accepté de partir à la poursuite du jeune et insaisissable lord Selford. Dès lors il va entrer de plain pied dans les mystères de la Porte aux sept serrures.
« Ce livre-ci est encore mieux écrit, plus imprévu que les meilleurs [d’Edgar Wallace ;] à côté des monstres humains qui œuvrent dans l’ombre… […] des convoitises et des drames, quelle fraîche idylle en vérité ! (couverture de l’édition d’origine). Nous vous présentons ici le texte de l’édition et de l’adaptation française de 1930.
Téléchargements : ePub – PDF – PDF A5 – Kindle-Mobipocket – word

Wallace Edgar – La châtelaine d’Ascot !

   Wallace Edgar – La châtelaine d’Ascot    

Wallace Edgar – La châtelaine d’Ascot : Julian Lester, jeune mondain célibataire, demande à son ami et détective privé, John Morlay, d’enquêter sur l’état de fortune de la jeune comtesse Marie Fioli qu’il souhaite épouser. Il soupçonne Mrs. Carawood, la tutrice et ancienne nurse de Marie,  d’avoir détourné des fonds pour créer la chaîne de magasins de mode à succès qu’elle gère aujourd’hui. Malgré son intérêt pour Marie, John refuse …mais Mrs Carawood semble avoir bien des choses à cacher ! Pourquoi  le cambrioleur de bijoux que pourchasse vainement l’inspecteur John Pickles (« Pois Vert » pour ses collègues) s’en prend-il à Marie ? Et quel est le secret de Mrs. Carawood ? Vous ne le saurez pas avant la dernière page…
Téléchargements : ePub – PDF – PDF A5 – Kindle-Mobipocket – word

Wallace Edgar – Jack le justicier !

        Wallace Edgar – Jack le justicier          

Jack le justicier - Edgar Wallace - Les Bourlapapey Bibliothèque numérique romandeWallace Edgar – Jack le justicier : Gregory « le coco » est retrouvé dans un ruisseau, assassiné. Ne faisait-il pas partie, comme Crew « l’aristo », Pinto Silva, Lollie Marsh ou Selby, de la bande du Colonel Dan Boundary ? Aurait-il trahit les « associés » de cette bande qui achète à vil prix les biens de personnes dont ils ont découvert une vulnérabilité ? Car ils sont prudents et cela fait trois ans que Stafford King  met toute son énergie, en vain, à trouver un moyen de traduire l’un des « associés » devant la justice. Et voilà qu’un mystérieux « Jack le justicier » s’attaque à la bande signant ses actions d’une carte à jouer : le Jack, le valet de trèfle. Avec sa voix grêle et son allure maniérée son déguisement peut aussi bien cacher un homme qu’une femme. S’agit-il de Solomon White, un associé en train de prendre ses distances avec le colonel ? Ou sa fille Maisie ? Ou un autre ? Dans  leurs efforts pour mettre fin aux agissements de la bande Boundary, qui l’emportera : la loi, représentée par Scotland Yard , King et son chef Sir Stanley Belcom ? Ou Jack le justicier ?
Une énigme bien ficelée et un très bon « Wallace ».
Téléchargements : ePub – PDF – PDF A5 – Kindle-Mobipocket – word

Wallace Edgar – Big-Foot !

              Wallace Edgar – Big-Foot                

Big-Foot - Edgar Wallace - Bibliothèque numérique romande - maquette Laura Barr-Wells tête de mort dans une empreinte de Big-FootWallace Edgar – Big-Foot : Pauvre Gordon Cardew ! Veuf, ancien notaire, il devrait profiter d’une retraite méritée ! Sa nouvelle passion, la criminologie, l’amène à fréquenter de brillants policiers comme Minter, dit Super, ou Lattimer, son adjoint. Sa secrétaire, Elfa Leigh, le seconde avec efficacité. Une jeune femme charmante pense Jim Ferraby, le jeune procureur.
Et Cardew possède une belle propriété, Barley Stack où son voisin, le richissime américain Stephan Elsen, est de bonne compagnie et sa gouvernante… Mais, voilà ! …sa gouvernante, justement ! Hannah Shaw, une femme corpulente dont la beauté… Hum. Quant à son caractère ! Pauvre… pauvre Cardew !
Voici que Cardew découvre un billet menaçant, signé Big-Foot. Puis sa soirée est interrompue par un visiteur armé qui chante une étrange chanson espagnole. Dès lors tout se gâte. Meurtres, agressions et imprévus vont perturber la tranquillité des falaises de Pawsey-Bay. Super aura besoin de toute sa subtilité pour prévenir de nouveaux meurtres. Mais, subtile, malgré ses empreintes énormes, Big-Foot l’est aussi… Un excellent Wallace !
Téléchargements : ePub – PDF – PDF A5 – Kindle-Mobipocket – HTML – DOC-ODT

Wallace Edgar – Angel Esquire !

           Wallace Edgar – Angel Esquire         

Wallace Edgar - Angel Esquire - Bibliothèque numérique romande - Maquette Laura Barr-Wells photo Martin Leng ancienne voiture sans doute une SingerWallace Edgar – Angel Esquire : Le vieux Réale, patron de plusieurs casinos égyptiens, s’est retiré à Londres, sa fortune faite. Il a fait construire dans sa maison un gigantesque coffre-fort. William Spedding, son avoué, a recueilli son testament sur lequel figurent ses anciens complices, Jimmy, Connor et Massey ainsi que Kathleen Kent la fille d’une de ses victimes. Sa fortune appartiendra à celui ou celle qui résoudra le rébus qu’il y a laissé et trouvera le mot qui peut ouvrir le coffre. Christopher Angel de Scotland Yard aura besoin de toute sa perspicacité pour résoudre les meurtres qui en découleront et trouver le sésame de l’affaire.
Un Edgar Wallace de bonne facture, une énigme dans laquelle s’estompe la frontière entre bons représentants de la loi et méchants cambrioleurs.
Téléchargements : ePub – PDF – PDF A5 – Kindle-Mobipocket – word

Verne Jules – L’Île à Hélice !

 Verne Jules – L’Île à Hélice (première partie) 

L'Île à Hélice (1ère partie) - Jules Verne - Bibliothèque numérique romandeVerne Jules – L’Île à Hélice (première partie) (édition illustrée) : Que de « contretemps » pour ce quatuor de virtuoses parisiens perdus entre San Francisco et San Juan ! Un accident de train, puis leur voiture de louage renversée : les voici à pied… Un inconnu, fort aimable, les recueille et les amène dans une ville du voisinage. Mais ne faut-il pas craindre les « donneurs de cadeaux » ? Comment échoueront-ils, contre leur gré, sur l’Île à Hélice, cette Standard-Islandconstruite par des milliardaires américains, qui les entraînera à la découverte des îles du Pacifique ?
Un voyage et une aventure, un vrai Jules Verne, à lire absolument. Et une œuvre d’anticipation passionnante : s’il n’existe pas encore d’île artificielle pouvant se déplacer, bien qu’il y ait des supertankers, Jules Verne imagine toute une série d’inventions et d’idées pour son île, tant sociales que technologiques, dont plusieurs existent aujourd’hui.
Alors oui ! bien que Jules Verne s’amuse de la déconvenue de ses héros qui trouvent, au lieu des sauvages anthropophages qu’ils attendaient, des indigènes habillés à l’occidentale, c’est encore, à la fin du 19e siècle, le temps des colonies. Le regard posé sur les habitants des îles, souvent positif mais néanmoins empreint du racisme ordinaire d’alors, est à replacer dans son contexte.
C’est en observant, avec Jean Macé, un bateau-mouche depuis le Pont des Arts, que ce dernier eut l’idée d’une île artificielle capable de se déplacer. L’Île à Hélice paraît d’abord, en feuilleton, dans le Magazine d’Éducation et de Récréation du 1er janvier au 15 décembre 1895 puis est publiée directement après, le 21 décembre, par Hetzel.

Téléchargements : ePub – PDF – PDF A5 – Kindle-Mobipocket – HTML – word-ODT
***********************************************************************

Verne Jules – L’Île à Hélice (2ème partie)

L'Île à Hélice (2ème partie) - Jules Verne - Bibliothèque numérique romandeVerne Jules – L’Île à Hélice (2ème partie) : Que de péripéties pour Standard-Island, l’île artificielle des milliardaires américains qui poursuit son périple dans l’océan pacifique ! Abordages, hostilité des Anglais, animaux sauvages, pirates, et… deux clans qui se disputent le pouvoir : l’île à hélice subira les conséquences de leur entêtement…
Aventures, rebondissements, humour, toujours un vrai Jules Verne, à lire absolument. Et la juxtaposition de « summum » de la technologie du 19e siècle et de la vie dans les îles ne tourne pas toujours à l’avantage des « civilisés » et leurs luttes de pouvoir.
C’est vrai ! les descriptions des îles par Jules Verne, avec les bons et méchants sauvages, les missionnaires, civilisateurs quand ils sont français, beigne dans le racisme du temps des colonies et est à replacer dans le contexte de l’époque.
C’est alors que Jules Verne observait, avec Jean Macé, un bateau-mouche depuis le Pont des Arts, que ce dernier eut l’idée d’une île artificielle capable de se déplacer. L’Île à Hélice paraît d’abord, en feuilleton, dans le Magazine d’Éducation et de Récréation du 1er janvier au 15 décembre 1895 puis est publiée directement après, le 21 décembre, par Hetzel.
Téléchargements : ePub – PDF – PDF A5 – Kindle-Mobipocket – HTML – word-ODT

Varlet Théo – Le dernier Satyre !

           Varlet Théo – Le dernier Satyre         

Varlet Théo - Le dernier satyre - Bibliothèque numérique romande - Épictète Silène avec deux flûtes et un étui suspendu Varlet Théo – Le dernier Satyre et autres nouvelles : Un mort dans les dunes : quel désastre pour le tourisme d’une station balnéaire ! Méfiez-vous des croisières à la voile trop exotiques … surtout pour votre lune de miel ! Un satyre, ça vieillit comment ? Que faire face au lion dans l’arène quand on est un couple qui s’aime ? Robinson dans le maquis levantin, avant l’établissement dans l’île de sa base militaire, ça vous tente ? Un bouquet de nouvelles modernes ou antiques, coquines ou sombres, qui ne vous laisseront pas indifférents !
Loué par Rosny aîné, Pierre-Jean Jouve, Daniel-Rops ou Georges Duhamel, Théo Varlet (Lille, 1878 – Cassis, 1938), pour son malheur ne cultivait pas ses « relations publiques ». Tombé dans l’oubli, ce poète, traducteur, romancier et écrivain de science-fiction fut un original irrespectueux, un pacifiste curieux des paradis artificiels, un voyageur et un marcheur, un naturiste qui avant Rudolf Steiner prônait un biocosmisme où,  dans l’analogie harmonieuse du tout céleste, l’homme devrait évoluer dans l’harmonie de l’âme universelle. Perfectionniste du verbe, « clavier lumineux de la pensée »  au style à la fois précis et lyrique, on peut lui reprocher parfois les exagérations de ses inventions lexicales. Un écrivain à redécouvrir que Rosny aîné, son ami, rattache « à la lignée des encyclopédistes, aussi à l’aise dans la science et la métaphysique que dans la poésie, le conte, le roman ».
Nouvelles pour adultes.
Téléchargements : ePUB – PDF – PDF A5 – Kindle-MOBI – HTML – DOC/ODT

Vallotton Félix – Corbehaut !

Vallotton Félix – Corbehaut

Corbehaut - Félix Vallotton - Bibliothèque numérique romande - Tableau Félix Vallotton Le Château-Gaillard et la place des Andelys,Vallotton Félix – Corbehaut : Se réfugier loin de Paris pour écrire dans la tranquillité, n’est-ce pas une bonne idée ? Car Pierre Cortal doit absolument achever le roman-feuilleton commandé par «Le Petit Français». Prestel-sur-mer, une petite bourgade de Bretagne, voilà un cadre idéal ! L’Hôtel des Voyageurs et la société de cette petite cité semblent répondre à ses attentes d’une vie provinciale tranquille à la banalité sordide…
Mais, au fil de ses balades et de ses rencontres, ce voile d’insignifiance se déchire, révèle peu à peu un paysage contrasté où des vues splendides côtoient des dépotoirs, met à jour des personnages fantasques et mystérieux, des viols et des brutalités, des meurtres déguisés en suicide, des exécutions et des trahisons. Vie réelle, souvenirs et feuilleton s’enchevêtrent, tissent des fils narratifs croisés qui s’influencent et se nourrissent mutuellement. Pierre Cortal finit par rester plusieurs mois à Prestel et se lance dans un deuxième feuilleton.
Comme dans «La Vie meurtrière», le langage du peintre marque de son empreinte ce roman sombre et désillusionné, remplit de couleurs les paysages maritimes, dresse des portraits étonnants, riches en nuances, des nombreux personnages, et l’éclaire de lumières magnifiques. L’œil aiguisé du peintre Vallotton accompagne sans cesse l’écrivain de roman noir.
Plus connu comme peintre, graveur et plasticien, Félix Vallotton (1865-1925) a aussi fait œuvre d’écrivain. Écrit dans les dernières années de sa vie, cette réflexion sur l’art au sortir de la première guerre mondiale ne fut publiée que 45 ans après son décès.
Téléchargements : ePub – PDF – PDF A5 – Kindle-Mobipocket – HTML – word-ODT

Mario *** (Marie Trolliet) – Le Génie des Alpes valaisannes !

 Mario *** (Marie Trolliet) – Le Génie des Alpes valaisannes 

Troillet Marie - Le Génie des Alpes valaisannes - Bibliothèque numérique romande - Habu69 ever de soleil sur le Cervin, depuis ZermattMario *** (Marie Trolliet) – Le Génie des Alpes valaisannes : Nous vous présentons ici en livre numérique « Le Génie des Alpes valaisannes ». Marie Trolliet écrivaine valaisanne de la fin du 19ème siècle, est née dans le pays de Vaud près de Lucens et s’est établie en Valais dont sa famille était originaire. Est-ce cette extériorité, ce « pied en dehors », qui lui permet de décrire minutieusement et presque à la manière d’une ethnologue les coutumes, mythes et traditions de ce pays valaisan où la croyance religieuse était et reste si prégnante ? Mais ne nous trompons pas, Marie Trolliet, n’est pas une observatrice impartiale. C’est son implication en faveur des traditions du Valais, ce « pied en dedans » qui la motive à effectuer cette description de coutumes et mythes dont elle craint la disparition prochaine. Elle observe avec crainte et scepticisme les « façons nouvelles », l’électricité et le chemin de fer accompagnant les débuts de la vague du tourisme alpin, et voudrait, sans doute, un retour aux « valeurs » d’autrefois ou du moins un progrès dans cette continuité.
Téléchargements : ePub – PDF – Kindle-Mobipocket – word

Tristan Flora – Méphis !

          Tristan Flora – Méphis (tome 1)          

Tristan Flora - Méphis 1 - Bibliothèque numérique romande - Sylvie Savary palais italienTristan Flora – Méphis (tome 1) : Après une enfance marquée par les difficultés financières, Flora Tristan, qui s’est mariée à 17 ans, a vécu l’enfer conjugal. Au moment de la parution de Méphis, de retour d’un voyage au Pérou où elle a tenté de reprendre contact avec la famille de son père (elle en a tiré Les Pérégrinations d’une Paria), elle se soigne d’une blessure par balle infligée par son mari.  Femme mariée, donc considérée comme mineure et incapable, elle s’était évadée de cette vie quotidienne en lisant Rousseau, Lamartine et Germaine de Staël.
Nous avons souhaité aborder les œuvres de Flora Tristan avec cette première fiction (1838) où se retrouvent ces influences, mais aussi ses idées sociales, qu’elle développera et précisera par la suite en travaillant dans les filatures et au cours de son « tour de France ». Ce premier tome de Méphis débute dans le cadre très romantique de la vie d’une jeune femme, « Maréquita »,  puis se poursuit, sur un mode réaliste, par la narration que fait Méphis de sa vie de « prolétaire » : à cette occasion Flora Tristan nous livre ses réflexions – bien en avance sur son temps – sur les inégalités sociales, l’éducation des hommes et des femmes, le mariage et l’absence de liberté  pour les femmes, les institutions et les conventions qui les renforcent.
Téléchargements : ePub – PDF – PDF A5 – Kindle-Mobipocket – word
******************************************************************

            Tristan Flora – Méphis (tome 2)        

Tristan Flora - Méphis 2 - Bibliothèque numérique romande - Sylvie Savary Escalier à colonnesTristan Flora – Méphis (tome 2) : La deuxième partie de Méphis conte l’histoire de Maréquita jusqu’à sa rencontre avec Méphis. Puis on retrouve le fil de l’intrigue, initiée dans la première partie, liant Maréquita à Méphis, ses multiples rebondissements, leurs amours contrariées, leur lutte pour vivre leur amour loin de toute contrainte jusqu’au dénouement, que l’on pressent tragique.
C’est en 1838 que Flora Tristan, écrivit ce livre, dont l’intrigue romanesque sert de cadre à l’exposition de ses convictions novatrices à l’égard des femmes : rébellion contre leur absence de liberté, l’impossibilité pour elles de travailler et d’être indépendantes ; le choix qui leur est imposé de se marier avec un « bon parti » ou d’aller au couvent. Elle critique la mode féminine, notamment le corset qui « empêche les femmes de faire ou d’être autres choses que des jolies poupées fragiles ». Elle se pose aussi en farouche opposante de l’Église catholique, dont elle décrit la corruption, l’hypocrisie et les luttes de pouvoir internes. Elle dénonce le poids des conventions sociales, qui transforment en parias celles et ceux qui ne s’y conforment. Elle s’affirme en vrac contre la peine de mort, pour la suppression des privilèges, pour l’imposition des riches, pour l’amélioration des conditions de vie des « prolétaires », pour l’enseignement public et surtout gratuit.
Flora Tristan utilise le personnage masculin de Méphis pour exposer ses théories sociales et progressistes. Méphis est un récit sombre, mais éclairé par l’espoir d’un nécessaire changement des rapports hommes-femmes, impliquant toutes les couches sociales.
Téléchargements : ePub – PDF – PDF A5 – Kindle-Mobipocket – word






Tristan Flora – Pérégrinations d’une paria !

Tristan Flora – Pérégrinations d’une paria (tome 1)

Pérégrinations d'une paria tome 1 - Flora Tristan - Bibliothèque numérique romande - Portal de Flores, anonyme, Arequipa, 1880.Tristan Flora – Pérégrinations d’une paria (tome 1) : Persécutée par son mari qui cherche à la priver de ses enfants, Flora Tristan part à bord du Mexicain pour aller rencontrer la famille de son père au Pérou. Incroyable voyage à l’époque, (1ère moitié du XIXème siècle) pour une jeune femme qui voyage seule dans un monde où la femme n’a pas plus de droits que l’enfant et risque à tout moment violences et humiliations. Un récit de voyage qui décrit non seulement la vie dans un bateau et une traversée exténuante, le passage du cap Horn, une étape au Chili avant d’accoster au Pérou, et de franchir à dos de mule l’espace désertique et montagneux qui la sépare d’Arequipa, la ville de sa famille. Elle nous dépeint ses compagnons de voyage et ses rencontres, ses relations d’amitié, les ports et villes où ils font escale et critique la position de la femme dans la société. Une vision du monde parfois un peu française, non exempte de préjugés mais toujours lucide et sans concession.
“Épopée courageuse qui dure au total un an et demi, motivée par l’espoir d’être reconnue comme héritière légale de son père, par sa famille paternelle péruvienne ; ou, peut-être, voyage de la dernière chance d’une jeune femme qui n’a plus rien à perdre, paria d’une société qui la rejette et qu’elle rejette”.
Téléchargements : ePub – PDF – PDF A5 – Kindle-Mobipocket – HTML – word-ODT
*******************************************************************

Tristan Flora – Pérégrinations d’une Paria (tome 2)

Pérégrinations d'une paria 2 - Flora Tristan - Bibliothèque numérique romande - tableau abonyme una vista de la Toma Final de Arequipa del 7 de marzo de 1858Tristan Flora – Pérégrinations d’une Paria (tome 2) : Dans ce deuxième tome, Flora Tristan fait la connaissance de sa famille – et de son oncle qui refuse de la reconnaître comme la fille légitime de son père. Durant les sept mois de son séjour à Arequipa, elle nous dépeint les rouages de la société arequipénienne et s’indigne de la dépendance dans laquelle y vivent les femmes. Survient une révolution qui se déroule dans la pure tradition de l’Amérique latine du 19e siècle. Flora nous en explique, en fine politique, les péripéties et les acteurs, conseille ses cousins et fait même un séjour dans un couvent où sont réfugiées les femmes de sa famille. Bénéficiaire, finalement, d’une pension de son oncle pour autant qu’elle retourne en Europe, elle passe deux mois à Lima où elle visite une plantation, l’occasion d’un discours nuancé mais sans concessions sur l’esclavage. Puis s’embarque sur un voilier à destination de Liverpool. Voyageuse courageuse et lucide, Flora Tristan, qui tout au cours de ce voyage d’un an et demi, porte toujours la chaîne d’un mariage indissoluble à un époux violent, se sent encore, avec ses sœurs, la paria d’une société qui la rejette et qu’elle rejette.
Les Bourlapapey dédient cette publication à Anne Cuneo décédée le 11 février 2015, journaliste, écrivaine… elle aussi une femme engagée !
Téléchargements : ePub – PDF – PDF A5 – Kindle-Mobipocket – HTML – word-ODT




Töpffer Rodolphe – Rosa et Gertrude !

     Töpffer Rodolphe – Rosa et Gertrude     

Rosa et Gertrude - Rodolphe Töpffer - Les Bourlapapey Bibliothèque numérique romandeTöpffer Rodolphe – Rosa et Gertrude : Dans une rue de Genève, le sévère pasteur Bernier rencontre deux jeunes filles rieuses, qui se tiennent par le bras en luttant contre la bise. Il s’intéresse à ces deux étrangères, les ramène à leur hôtel puis, de fil en aiguille, les aide et devient leur ami, leur protecteur malgré ce que sa morale peut leur reprocher. Dans ce dernier roman de Töpffer paru après son décès, l’auteur se met dans la peau d’un pasteur, narrateur, prompt à citer les écritures mais non pas insensible. Cette histoire « simple, savante pourtant de composition et sans en avoir l’air » (Sainte-Beuve) qui se présente comme un  contre-roman libertin marqué par l’idée de la mort – celle aussi qui s’annonce pour Töpffer – reste « une des lectures les plus douces, les plus attachantes […] qui se puissent goûter », nous résume Sainte-Beuve.
Téléchargements : ePub – PDF – PDF A5 – Kindle-Mobipocket – word

Töpffer Rodolphe – Histoire de Mr Jabot !

  Töpffer Rodolphe – Histoire de Mr Jabot  


Histoire de Mr Jabot - Rodolphe Töpffer - Les Bourlapapey Bibliothèque numérique romandeTöpffer Rodolphe – Histoire de Monsieur Jabot : Monsieur Jabot veut réussir dans le monde. Il a pour lui, pense-t-il, son bel esprit et, comme botte secrète, sa « position » dans laquelle il se met plus souvent qu’à son tour. Il va au bal où il se montre peu adroit… Et récolte, pour son entrée dans le monde de nombreux duels. Une réussite !
Précurseur de la BD, Rodolphe Töpffer nous offre, avec l’Histoire de Mr. Jabot, un bon scénario, des gags et un comique de répétition mais aussi de geste et de langage. Ça tombe juste et donne du rythme à la narration… c’est une vraie BD !

Téléchargements : ePub – PDF – PDF A5– PDF facsimilé –Kindle-Mobipocket

Tissot Victor – Un lys dans la neige !

        Tissot Victor – Un lys dans la neige     

Un lys dans la neige - Victor Tissot - Les Bourlapapey Bibliothèque numérique romandeTissot Victor – Un lys dans la neige : Laïla, un bébé norvégien recueilli par les lapons, a grandi parmi les nomades, éleveurs de rennes. Adaptée à ce mode de vie, elle se considère comme l’une d’entre eux jusqu’à ce que, devenue une jeune fille, le secret bien gardé de sa naissance remette en cause ses certitudes. Une jolie histoire, attachante, dans le cadre des neiges et des courts étés du grand nord.
Victor Tissot, né le 14 août 1844  à Fribourg, mènera une carrière d’écrivain et de journaliste à Paris mais aussi à Lausanne (où il sera rédacteur en chef de la Gazette de Lausanne avant d’être celui du Figaro à Paris). Puis il revient s’établir en Suisse, à Gruyère. Il décède à Paris, le 6 juillet 1917, et lègue sa fortune et ses collections à la Ville de Bulle, en vue de la création d’un musée (ce sera le Musée Gruérien).
Téléchargements : ePub – PDF – PDF A5 – Kindle-Mobipocket – word